Un cinéma de prototypes


INTERVIEW: La directrice artistique Catherine Bizern du Cinema du Reel s'entretient avec MTR.

Truls Lie
Éditeur en chef, Modern Times Review
Date de publication: mars 10, 2020

- Pourquoi ou quel événement vous a fait entrer personnellement dans le monde de la doc?
- En 1992, un groupe de réalisateurs de documentaires crée l'association ADDOC, afin de sensibiliser à leur pratique spécifique du cinéma. Ils m'ont demandé de devenir leur délégué général en 1993 (je suis resté en poste jusqu'en 1997). À ce moment-là, le documentaire est devenu une partie de ma vie quotidienne. En 2002, nous avons publié un livre qui rendait compte des méthodes de création de cinéastes documentaires tels que Claire Simon, Nicolas Philibert, Jean-Louis Comolli, Robert Kramer, Raymond Depardon, Frederick Wiseman, Mariana Otero, entre autres, où ils ont exprimé leurs préoccupations en tant qu’auteurs.

- Quel est le concept global derrière votre festival cette année?
- Dans une démarche prospective, le Cinéma du Réel rend compte de la création documentaire contemporaine, de ses évolutions et expérimentations, en dialogue avec la mémoire du genre. Pour explorer l'histoire du genre documentaire, nous inviterons Pedro Costa et questionnera l'effet de son film pivot Dans la chambre de Vanda. Avec Mosco Boucault, nous interrogerons l'expérience du documentaire versus la fiction. Sur le plan prospectif, le festival comprendra des projections d'œuvres en cours, des avant-premières, des tables rondes et les tout premiers gestes documentaires dans une section intitulée Première fenêtre.

- Pouvez-vous donner un aperçu de votre processus de sélection?
- Qu'est-ce que le documentaire? Notre objectif n'est pas d'affirmer quoi que ce soit, mais d'exposer des tentatives pour répondre à cette question. Nous voulons questionner les façons de créer des cinéastes, par exemple cette année dans l'émission «Face to face with power», où ce qui nous intéresse, ce sont moins les hommes de pouvoir que les cinéastes eux-mêmes. Nous nous interrogeons sur ce que le cinéma peut faire dans les mouvements populaires de protestation dans le cadre de notre rubrique «Front (s) populaire (s)» qui pose cette année la question «Que faire de« nous »?» Dans notre compétition, nous veillons également à choisir des films singuliers, uniques, défiant les frontières de genre ou de scénario, chacun incarnant une hypothèse, une possibilité de cinéma.

- Où aimeriez-vous voir le documentaire progresser au cours de la prochaine décennie?
- Je crois que ce qui est en jeu dans documentaire n'est pas très différent de ce qui est en jeu dans


Cher lecteur. Vous avez lu 4 articles ce mois-ci. Pouvons-nous vous demander de soutenir MODERN TIMES REVIEW avec une course abonnement ou connectez-vous ci-dessous si vous en avez un? Il ne coûte que 9 euros par trimestre et vous aurez un accès complet à environ 2000 articles, tous nos magazines électroniques - et recevrez les prochains magazines imprimés.

Connexion

Inscription

Un mot de passe vous sera envoyé à votre adresse e-mail.

Vos données personnelles seront utilisées pour améliorer votre expérience sur ce site, gérer l'accès à votre compte, et d'autres fins décrites dans notre charte de confidentialité.